FB et Human Social Art... Aux frontières de l'Art Thérapie

 

 

Mon objectif est de lier le traitement artistique à un acte social : un travail engagé aux yeux du public, critique pour les masses média et surtout utile pour mes modèles.
Dans "Story Bord de Vie", j'ai demandé à 28 SDF de poser en studio et d'illustrer par leurs jeux d'acteurs improvisés, un moment de leur vie, une anecdote, voire un fait divers directement lié à leur histoire.
Ensemble, nous décidons des lumières, des poses et surtout des dessins que je réalise par la suite pour illustrer toute la profondeur des situations que vivent au quotidien mes modèles.
Pour mes sujets, j'apporte un moyen de passer un moment différent, unique, je suis un jeu, je suis une réflexion, je suis leur miroir pendant que mes ateliers éphémères de prise de vues déambulent dans le quotidien de leur situation dramatique.
Je leur porte tout mon intérêt et mets tout mon imaginaire à leur service en souhaitant leur apporter un peu de réconfort.
Enfin, le traitement de la photo associé au dessin me permet d'exprimer la légèreté nécessaire pour une lecture à plusieurs degrés entre drame et humour tout en protégeant la dignité de mes sujets.
Story Bord de Vie est un travail estampillé " Human, Social, Art "

Création du groupe « Human Social Art » :

Ces trois mots caractérisent mon travail de réalisation et d'exploitation de photographies à dimensions humaniste, sociale et artistique.
Il pourrait constituer un véritable label et induire une procédure qui débute par les directives ci-dessous, dont le principe même serait de pouvoir être abondé et enrichi par des créateurs au fur et à mesure des futures expérimentations photographiques estampillées « Human, Social, Art »

Je vous invite à rejoindre le concept :
Si vous êtes public et aimez cette vision de la création artistique
Si vous êtes artiste  et voulez rejoindre cette initiative de partage en tant que créateur.
Si vous avez les moyen de contribuer à la diffusion des œuvres ou de faire connaître le groupe «Human Social Art».

J'espère que cette réflexion intéressera de nombreux esprits afin que cette estampille devienne un véritable label dans l'art contemporain.

Un label, pourquoi ?

Ce label serait libre de droits et pourrait être repris par tout créateur travaillant dans le même axe artistique et social.
Il permettrait de définir une nouvelle famille d'artistes.
Il serait une signature fédératrice autour d'une même sensibilité.
Le groupe «Human Social Art» permettrait à chacun de partager et de nourrir son expérience avec celle des autres.
Enfin ce groupe pourrait permettre de centraliser sur un même support de diffusion le résultat des travaux de tous et permettre ainsi à chacun de bénéficier des retours médiatiques des autres.

«Human, Social, Art» procédure et déontologie

 

HUMAN :

«Un acte politique....» photographier dignement.

Expérimenter des ateliers photographiques dirigés vers l'être humain de manière humaniste. Révéler, restaurer et respecter la dignité des sujets.
Travailler en empathie avec le sujet.
Rendre ludique les séances de prise de vues, en faire un moment de « lâcher prise »...
Favoriser la reconstruction narcissique du sujet par une approche nouvelle et inattendue.
Veiller à ce que le sujet devienne acteur et donc coauteur.

SOCIAL :

«Un acte militant...» photographier utilement.

Révéler des faits, des blessures, des exclusions ou des différences ....
Aider le sujet à témoigner sur son combat quotidien.
Valoriser la nature positive de ses actions et de sa personnalité.
Apporter le support photographique comme un outil de communication entre le sujet et le futur public.
Promettre au sujet de porter à la connaissance du public ses messages sociaux et émotionnels.
Endosser avec le sujet la responsabilité du message global du travail photographique tel un journaliste.
Permettre au sujet de devenir ambassadeur de sa propre cause.

ART :

«Un acte de création...» photographier librement.

Le résultat matériel de la production des ateliers de prise de vues ne devra pas être traité de manière classique et ne doit pas nécessairement être restitué a l'état de photographie.
En effet celle ci reste un moyen, un média et non une fin en soi.
Ainsi les images photographiques produites peuvent l'être sans retenue et n'être qu'un ingrédient parmi d'autres concourant à la réalisation d'une pièce d'art.
L'objet d'art reste le but matériel final.
Cette production rentrera ainsi plus dans le champ du marché de l'art contemporain que dans celui des médias classiques pour garantir une liberté d'expression maximum tant dans la forme que dans le contenu et une meilleure crédibilité des messages portés par les modèles devenus ambassadeurs.

Le statut d’œuvre d'art est le seul à être garant d'une pérennité des sujets abordés dans les œuvres

( seul l'art a le pouvoir de transformer un élément d' actualité en icône ).

Enfin accoucher d’œuvres d'art nous libère de la contrainte du copyright obligatoire de la photographie traditionnelle.
En effet, toute image non matériellement produite de la main de l'artiste ne peut être considérée que comme reproduction illustrative de l’œuvre à seule fin de faire connaître l'existence de l'original.
Voici pourquoi mes story bord circulent librement sur le net .
Toutefois si cette libre circulation des œuvres au format numérique est vivement conseillée, il n'en reste pas moins qu'une utilisation commerciale par un tiers sans mon autorisation et celle du modèle reste interdite.